Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 14:17

DSCF5179

L'idéalisation d'un système financier efficient s'est de nouveau transformé en poudrière. L’industrie des hedge funds subit pour la première fois une diminution nette des actifs depuis près de 20 ans. L'intérêt grandissant qui s'est porté sur ces fonds et produits alternatifs combiné à l'effet de nouveauté et d'espoir de plus grands gains a eu pour conséquence l'apparition d'abbérations :

  • Assèchement des opportunités dans certaines stratégies
  • Recours massif à l'endettement
  • Liquidité
  • Faible volatilité et faible niveau de rémunération des risques
  • Absence de réglementation

 
Assèchement des opportunités dans certaines stratégies.

L’accroissement des capitaux sous gestion entre 1990 et 2007 a été d’une telle importance, multiplié par 48 en seulement 17 ans, que l’industrie des hedge funds s’est trouvée face à un assèchement des opportunités. Les hedge funds se sont mis à prendre de plus en plus de risques et ce même si apparaissait dans leur allocation d'actifs des déséquilibres flagrants. Pour obtenir des rendements toujours plus élevés et acquérir une clientèle toujours plus aisée, ces hedge funds utilisèrent massivement l'effet de levier, aidés par une économie libérale tournée vers l'endettement. Ce dernier point, à savoir cet endettement massif, a vu naître la hausse du risque de liquidité liée à des produits structurés, opaques et illiquides.

 

Recours massif à l'endettement

L'économie d'endettement dans lequel nous agissions incitait les fonds à utiliser un levier toujours plus important afin de réaliser des performances élevées. Le processus de correctionqui s'ensuivit créa un cycle de remboursement sans précédentet par voie de conséquence créa des déséquilibres au sein de la gestion de ces fonds. Cumulée à une vague de désendettement à l'échelle mondiale, la faillite de nombreux hedge funds ne pouvait qu'être inévitable. Les hedge funds ont dû réaliser des ajustements structurels et conjoncturels tout en gérant les capitaux sous mandat et le recours à l'endettement. L’exemple du fonds LTCM (Long Term Capital Management) a marqué les esprits de part tous les qualificatifs de grandeur qu’il a exprimé en termes d’actifs, de contreparties ou de transactions.

 

Liquidité

Le manque de liquidité fut redoutable dans un espace temps durant lequel ces fonds nécessitaient de financements. Beaucoup ne purent réallouer leurs actifs et profiter des opportunités offertes par la crise. L'illiquidité des marchés eu des effets néfastes sur les hedge funds et terni l'image de l'ensemble cette industrie. L'une de ces conséquences fut la perte directe des capitaux qui y été investis. De sorte que les remboursements des clients et les rachats de parts se sont succédés quant ils n'étaient pas tout simplement impossibles, accroissant le nombre de faillites des fonds d'un côté, créant une frustration de la clientèle de l’autre. Nombre de pièges auraient pu être évités par une politique d'investissement rigoureuse. Ainsi, les stratégies associant un fort levieret une exposition importante au risque de liquidité (CDO, ABS), les stratégies de type « distressed » ou les pièges liés au « mismatch » de liquidité ont connu des pertes importantes. Les stratégies utilisant un fort endettement ou des investissements illiquides ont de cette sorte souffert le plus.

 

Faible volatilité et faible niveau de rémunération des risques

Un autre élément ayant conduit aux difficultés des hedge funds fut l'accroissement des spreads de crédit. A l'origine de cet accroissement, il y eu l'extrême faiblesse de la rémunération du risque qui demanda aux fonds d'accroître eux mêmes les risques entrepris afin de dégager des rendements suffisants. Ce faible niveau de rémunération se perçoit au travers des spreads de crédit qui furent pendant une longue période à des niveaux très bas.

Ce qui a été un échec pour certains fonds fut une chance pour ceux qui ont été capable de s'adapter à cette crise.

 

Absence de réglementation

La récente croissance des hedge funds s'est accompagnée de lacunes réglementaires et d'une déficience des contrôles. L'industrie des hedge funds a suivi une croissance démesurée sans que la réglementation soit capable de maîtriser son développement et de protéger des investisseurs. L'assainissement réalisé par la crise fut finalement bénéfique en séparant les meilleurs gérants ainsi que les fonds disposant d'un potentiel à fort valeur ajouté des plus mauvais.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Wilfried Gibily - dans Hedge Funds
commenter cet article

commentaires

Hedge Funds On The Edge

  • : Hedge Funds on the Edge
  • Hedge Funds on the Edge
  • : Un blog pour démocratiser l'univers des Hedge Funds, de l'Asset Management et du Family Office
  • Contact

Citation de J. M. Keynes

"THERE IS NOTHING SO DANGEROUS AS A PURSUIT OF A RATIONAL POLICY IN AN IRRATIONAL WORLD"

Recherche