Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 15:46

 

 

La place genevoise détient des positions fortes dans l'ensemble des domaines clés de la finance et notamment de la gestion de fortune, avec près de 27% de la fortune mondiale offshore sous gestion en 2008. Ce n'est pas un hasard si elle est aujourd'hui au 9ème rang des places financières mondiales après Londres, New York, Hong Kong, Singapour, Shangai, Tokyo, Chicago et Zurich et au 2ème rang du Private Banking.

 

La Suisse fut la première à se doter d'une banque privée il y 200 ans et depuis elle n'a jamais cessé de moderniser son environnement économique, juridique et fiscale pour attirer les capitaux de la planète. Genève a ainsi réussi à concentrer en un seul et même lieu des compétences diverses constituées d'avocats internationaux, de notaires, de fiduciaires, de conseillers en gestion et en affaires. Sa position dominante en termes de négoce et de commerce international est également remarquable avec l'une des principales places de trading de matières premières (1/3 pour le pétrole).

 

Les ingrédients qui participent à l'intensité de ces flux de capitaux, en plus des éléments précités,  sont sans aucun doute la stabilité politique de la Suisse, le climat social paisible qui y règne, son cadre de vie et sa centralité géographique qui en fait un acteur indispensable de coopérations intergouvernementales (OMC, ONU, OMS, Croix-Rouge, BIC).

 

La Suisse a acquis une réputation mondiale en terme de discrétion. Sa confidentialité des affaires et la protection de la sphère privée du client assortie d'une législation sévère pour lutter contre le blanchiment d'argent en a aussi fait une place financière incontournable. L'attractivité de la Suisse bénéficie des barrières internes levées dans de nombreux pays face aux innovations de la finance (hedge funds entre autres ...), aux aspects fiscaux contraignants de ces derniers et leur incapacité à proposer une structure de placement adaptée.

 

Le secret bancaire, l'un des éléments phares de la discrétion, est inscrit dans la constitution fédérale de la confédération suisse et est pénalement puni pour quiconque ne le respecterait pas. L'article 13 mentionne ainsi : « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale ». Cette phrase qui paraît anodine est le pilier de la culture et de la loi suisse. Pilier sur lequel s'est érigé une industrie essentiellement basée sur la finance, le luxe et les services hauts de gamme. Cet article fait référence en effet, en plus de la protection de la vie personnelle et intime, aux revenus et à la situation patrimoniale de l'individu. Seules les autorités pénales ont la faculté de lever le secret bancaire.

 

Un article renforce ce devoir de discrétion et relève du secret professionnel du banquier. L'article 47 de la loi fédérale sur les banques et les caisses d'épargne mentionne : « celui qui agit en sa qualité de membre d'un organe, d'employé, de mandataire, de liquidateur ou de commissaire de banque, d'observateur de l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) ou encore de membre d'un organe ou d'employé d'une institution de révision agrée, n'a pas le droit de révéler un secret qui lui a été confié ou dont il a eu connaissance en raison de sa fonction ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Wilfried Gibily - dans Economie - Marchés Financiers
commenter cet article

commentaires

Hedge Funds On The Edge

  • : Hedge Funds on the Edge
  • Hedge Funds on the Edge
  • : Un blog pour démocratiser l'univers des Hedge Funds, de l'Asset Management et du Family Office
  • Contact

Citation de J. M. Keynes

"THERE IS NOTHING SO DANGEROUS AS A PURSUIT OF A RATIONAL POLICY IN AN IRRATIONAL WORLD"

Recherche