Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 20:51

DSCF5179La clientèle traditionnelle des hedge funds se composait essentiellement d'individus fortunés et de family offices. Mais depuis quelques années, ils ont élargi leur base d'investisseurs en offrant des tickets d'entrée moins élevés que d'accoutumé. Fonds de pension, fondations et fonds souverains – guidés par la quête de rentabilité et le désir de diversifier leurs actifs et stratégies - investissent de plus en plus dans les hedge funds. Ils élaborent ainsi leur portefeuille en sélectionnant et en investissant eux-mêmes dans les hedge funds. Ces investisseurs institutionnels étaient d'ailleurs friands de fonds de hedge funds. Ces derniers constituaient de telle sorte la traditionnelle porte d'entrée dans cette industrie. D'un point de vue extérieur, les hedge funds prennent même de vitesse les banques d'investissement en dégageant de plus importants bonus et profits.

 

 

DES ACTIFS SOUS GESTION CONSIDERABLES

 

Classement d'actifs

 

Ce tableau est dominé par des gérants qui sont véritablement devenus des stars de l'investissement et dont les mouvements sont suivis de près par les investisseurs du monde entier.

 

Ce n'est jamais une tâche facile de déterminer qui sont les meilleurs gérants de hedge funds et on assiste bien souvent au jeu des chaises musicales. Il est rare en effet que d'une année sur l'autre on aperçoive le même gérant en pole position. Seuls les meilleurs gérants de hedge funds sont en mesure d'attirer des capitaux importants et d'attendre dans le même temps des rendements élevés.

La notoriété du nom et de la marque joue aussi un rôle indubitable pour la levée des capitaux. Les 5 plus grandes firmes  – Bridgewater, JP Morgan Asset Management, Man Investments, Paulson and Co et Brevan Howard Asset Management – disposaient d'actifs évalués à plus de 221, 6 milliards de dollars en ce début d'année 2011. Ce qui est à rapprocher d'un autre chiffre, celui des 260 milliards de dollars d'actifs gérés par toutes les entreprises de la liste des Hedge Fund 100 il y a une décennie. Au début de cette année, ces dernières géraient plus de 1,21 billions de dollars, soit 12% de plus par rapport à 2010 où les cents premiers hedge funds disposaient 1,08 billions de dollars sous gestion.

 

Bridgewater, le plus gros hedge funds du monde, a augmenté ses actifs de 15,3 milliards de dollars l'année dernière, grâce à un gain de 44,8% sur son fonds Pure Alpha Fund II. La firme basée au Connecticut supervise jusqu’à 58,9 milliards de dollars. John Paulson de Paulson & Co reste lui à la deuxième place avec 35,8 milliards de dollars et un bénéfice net de 4,9 milliards. George Soros avec son Quantum Fund vient en troisième position avec 27,9 milliards de dollars sous gestion.

Et comment ne pas évoquer le plus gros perdant de liste des Hedge Funds 100, à savoir D.E Shaw, qui a vu ses actifs plonger de 40%, toujours selon AR Magazine.

 

 

DES BENEFICES INVESTISSEURS ACCRUS

 

De nombreuses publications essaient de classer les hegde funds en se basant uniquement sur la performance réalisée l'année précédente voire sur les 3 dernières années. Le critère de performance est cependant insuffisant pour déterminer avec justesse la position que les fonds méritent dans le classement. Nous avons déjà pu voir dans un précèdent article que les indices – permettant l'évaluation de la performance des fonds – sont discutables et qu'on ne peut se fier uniquement à ces indicateurs. Compte tenu des biais inhérents aux indices et dans certains cas à leurs problèmes de représentativité, il s'agissait de trouver d'autres techniques d'évaluation qui ne seraient plus basées sur les actifs détenus en portefeuille et la longueur de l'historique des performances.

Une classification pertinente intègrera ainsi les bénéfices nets obtenus par les clients depuis la création du fonds en question. Le track record historique n'est en aucune façon un moyen de détermination des rendements futurs. Le danger est que certains investisseurs ont tendance à privilégier ces performances passées.

 

Compte tenu des frais versés, l'investisseur est en effet en droit de réclamer des bénéfices parmi les plus élevés de la finance. AR Magazine a d'ailleurs publié dans sa Hedge Fund Rich List le détail du classement des gérants générant le plus de bénéfices à leurs investisseurs. Cet article mentionne encore que le top 10 des managers a engrangé près de 154 milliards de dollars en 2010 de bénéfices pour les investisseurs.

Au second semestre 2010, les 10 meilleurs hedge funds avaient déjà réalisé 28 milliards de dollars pour leurs clients, 2 milliards de dollars de plus que les bénéfices nets des 6 premières banques US - Goldman Sachs, JP Morgan, Citigroup, Morgan Stanley, Barclays et HSBC - réunis selon The Financial Times. Dans le même temps, le top 100 des meilleurs hedge funds réalisait seulement 70 milliards de dollars pour leurs clients.

 

Sans surprise, en parcourant ce tableau, vous trouvez parmi les ténors du secteur le mythique George Soros avec 32 milliards de bénéfices nets réalisés depuis que sa firme a été fondé en 1972, selon les estimations de LCH Investments NV, un investisseur dans les hedge funds dirigé par Edmond de Rothschild Group. Il est classé comme l'homme ayant le plus contribué à accroître la richesse de ses clients. Il est suivi de près par John Paulson et ses 26,35 milliards de dollars, entré dans les livres d'histoires en réalisant le plus d'argent pour ses investisseurs – et pour lui-même – en une seule année avec son pari contre les subprimes. John Paulson de Paulson & Co a ainsi rattrapé le bénéfice net de Soros, à près de 5,65 milliards de dollars. En troisième position arrive le fonds Pure Alpha de Bridgewater avec 13,273 milliards de dollars de bénéfices, dirigé par Ray Dalio et dont les recherches sont étroitement surveillées par Wall Street.

 

Vous trouverez dans le tableau suivant les bénéfices réalisés par les meilleurs fonds en 2010.

 

Rentabilités pour les investisseurs

 

Sans oublier que la majorité des petits hedge funds continua de procurer des rendements inférieurs aux leaders durant le deuxième semestre 2010.  L'ensemble des 7000 autres fonds, qui gèrent plus de deux fois d'argent que les meilleurs hedge funds, ne réussirent à générer que 59 milliards de dollars pour les investisseurs.

 

La règlementation Dodd-Franck, en excluant les banques des négociations pour compte propre, a eu tendance à accélérer les rendements des hedge funds en réduisant la concurrence sur les activités relevant des hedge funds. Pour les banques, cette bataille est considérée comme définitivement perdue. Le gérant de Brevan Howard, Nagi Kawkabani, le seul non US hedge funds à être présent dans la liste et basé à Londres et Genève, commenta cette décision ainsi : « it's a plus because there's less capital chasing the same trades we chase, but it may affect liquidity (in markets)», en d'autres termes c'est un avantage que moins de capitaux chassent les même titres mais cela peut affecter la liquidité des marchés. Tout ceci ne sera que temporaire, les rendements futurs proviendront essentiellement des compétences et de l'habilité à dépenser des sommes toujours plus conséquentes dans la recherche et la technologie. Les meilleurs hedge funds seront aussi, d'après l'étude du LCH, ceux qui accompagneront leur expansion de rendements élevés.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Wilfried - dans Hedge Funds
commenter cet article

commentaires

Hedge Funds On The Edge

  • : Hedge Funds on the Edge
  • Hedge Funds on the Edge
  • : Un blog pour démocratiser l'univers des Hedge Funds, de l'Asset Management et du Family Office
  • Contact

Citation de J. M. Keynes

"THERE IS NOTHING SO DANGEROUS AS A PURSUIT OF A RATIONAL POLICY IN AN IRRATIONAL WORLD"

Recherche