Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 13:27

Etablir un court résumé des événements produits entre 2007 et 2008 paraît indispensable pour comprendre les aléas dont ont été victimes les fonds alternatifs. A travers ce rapide historique, on pourra juger réellement de l'efficacité de cette industrie et conclure sur la performance réelle dégagée par ces fonds au creux de la déroute des marchés financiers. 

 

-        Le mois d'août 2007 voit se profiler à l'horizon une première vague de désendettements qui surprend les gérants. En effet, avant l'éclatement boursier et économique de l'été 2008, de nombreux signaux étaient à même d'alerter les politiques, les économistes et les financiers des difficultés latentes rencontrées sur le marché du crédit.

 

-        On observa ensuite en novembre 2007 une correction généralisée des marchés afin d'éviter l'émergence d'une crise qui prend chaque jour une ampleur plus importante que la veille.

 

-        En janvier 2008, les premières annonces de faillites se font entendre et les quotidiens économiques se font l’écho de ces événements de plus en plus réguliers. Les premiers hedge funds à tomber au champ de bataille sont avant tout ceux ayant choisis des stratégies peu liquides et à fort effet de levier. Cette période commence à ressentir les effets de la raréfaction du crédit. Il devient urgent de mettre en place des plans de relance mais ces derniers arriveront plus tard, trop tard.

 

-        En mars 2008, l'impressionnante faillite de Bear Stearns (spécialisée dans l'octroie de crédits hypothécaires) ne révèle que peu d'intérêts parmi les élites politiques. Elle sonne pourtant le glas de tout un pan stratégique des hedge funds qui avaient massivement investis dans les MBS ou Mortgage Back Securities ou encore la titrisation des crédits hypothécaires américains. Cette faillite provoqua dans les cercles financiers une inquiétude et une crainte généralisée qu'apparaisse une crise systémique.

 

-        L'agitation des marchés se répand au sein des différents centres boursiers mondiaux (Wall Street, Londres, Hong Kong...) durant le mois de juin 2008. Mais plus encore, ce qui occupe les esprits concerne le risque de stagflation. Une croissance nulle doublée d'une inflation record aurait des conséquences néfastes non seulement sur les économies mondiales mais aussi sur les pays émergents, hypothéquant par la même leurs espoirs de rattraper le niveau de vie des pays occidentaux.

 

-        En juillet et août 2008, une violente rotation sectorielle provoque l'émergence d'un nouveau scénario, celui d'une récession mondiale. Oubliée la stagflation qui menaçait nos économies, tous les scenarii prévoient une forte déflation mondiale.

 

-        Septembre 2008, un scénario choc voit la faillite d'une contrepartie devenue tristement célèbre dans l'histoire de la finance, à savoir la chute de Lehman Brother. Ce véritable détonateur créé une aversion au risque et une panique généralisée, sans précédent depuis la grande crise de 1929, sur l'ensemble des places boursières mondiales. Les marchés s'emballent et deviennent difficiles pour les hedge funds. En cause à de lourdes pertes, cette industrie fait face à une vague de remboursementsd'une grave intensité et n'échappera pas à l'accroissement dramatique de la corrélation entre plusieurs actifs financiers. La volatilité des marchés action et obligataire surprend alors par leur intensité et leurs brusques fluctuations. Plus déterminant encore, va s'installer une réduction de la liquidité sur tous les marchés, le fameux resserrement du crédit, et une profonde méfiance met à jour l'éclatement du système interbancaire et monétaire.

 

-        S'ensuit dès le mois d'octobre une accélération du désendettement (ventes forcées d'instruments de commerce), notamment dans l'industrie des hedge funds. Les investisseurs sont ainsi à la recherche du risque zéro et se portent volontiers sur les obligations d'Etat et les supports monétaires.

 

-        Le mois de novembre 2008 voit cependant une prise de confiance modeste se réinstaller dans les esprits des investisseurs. Les derniers actes de désendettement se font jour et on semble s'approcher d'une stabilisation.

 

-        Mais le mois de décembre voit se profiler à l'horizon une fraude gigantesque à hauteur de 50 milliards de dollars. Cette fraude implique le très renommé Bernard Madoffqui a manifestement réalisé des profits insolents et ce, même en période de turbulences (schéma de Ponzi). Cette affaire va porter le coup de grâce sur les marchés financiers qui va se poursuivre par un harcèlement à la fois justifié et injustifié des politiques et gouvernements vis-à-vis du monde de la finance. On parle alors de sommet mondial, d'assainissement du système financier, de régularisation fiscale, de chasse aux paradis fiscaux, de réglementation de l'industrie des hedge funds (restriction sur la vente à découvert) et de nationalisation des banques. C'est un tournant décisif pour la finance et au final pour la survie du capitalisme.

 

Les conséquences sur le nombre de hedge funds et de fonds de hedge funds ainsi que sur leurs actifs respectifs furent une contraction de l'industrie d'une ampleur innégalée et une dislocation partielle pour nombre de fonds. Cela a aussi eu un effet sur la concurrence qui fut atténuée, mais offrant aux survivants un potentiel élevé de hauts rendements. Les fonds ayant traversés avec succès cette crise ont prouvé leur faculté d'adaptation mais aussi la capacité à surperformer les marchés financiers en périodes de troubles.

 

L'année 2008 a probablement été la pire année pour les hedge funds mais aussi pour d'autres classes d'actifs. Les marchés actions ont ainsi expérimenté des dommages collatéraux sévères, jusqu’à -42.10% en 2008. Les hedge funds ont donc fait face à un environnement de marché négatif mais aussi à des conditions de crédit aggravées, à une chute des contreparties (entre l’offre et la demande) et une panique des régulateurs. La gestion alternative a mieux résisté à la crise que la gestion traditionnelle avec des pertes représentant seulement la moitié des marchés actions soit 23.30% de baisse pour l’année 2008. Rappelons-le, ces pertes ont été essentiellement enregistré à cause de l'impossibilité de céder leurs actifs à court terme, d'une liquidité en déclin sur les marchés financiers et de l'inaccessibilité des lignes de crédit.

 

Résumé de la Crise de 2008

 

Crise des subprimes         >>>       Crise Bancaire        >>>        Crise de Confiance

 

(Marché hypothécaire) / (Baisse de la notation des Banques) / (Assèchement du Crédit)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Wilfried Gibily - dans Economie - Marchés Financiers
commenter cet article

commentaires

Julia 23/03/2011 14:12


Really interesting :-)


hedgefunds 28/03/2011 14:48



Thanks so much!



Hedge Funds On The Edge

  • : Hedge Funds on the Edge
  • Hedge Funds on the Edge
  • : Un blog pour démocratiser l'univers des Hedge Funds, de l'Asset Management et du Family Office
  • Contact

Citation de J. M. Keynes

"THERE IS NOTHING SO DANGEROUS AS A PURSUIT OF A RATIONAL POLICY IN AN IRRATIONAL WORLD"

Recherche